Identification

Inculte

 

Nées en septembre 2004 autour de la revue inculte et son collectif d’écrivains, traducteurs et essayistes, les éditions inculte ont construit en neuf ans un catalogue original et singulier.

 


Taxi Driver, Richard Elman

Ecrit par Laurence Biava , le Lundi, 07 Octobre 2013. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, La rentrée littéraire

Taxi Driver, 28 août 2013, 170 pages, 16,90 € . Ecrivain(s): Richard Elman Edition: Inculte

 

Taxi Driver, le chef d’œuvre de Martin Scorsese, a déjà 40 ans. Est paru en août 2013 le livre de Richard Elman, admirablement traduit par Christophe Claro. Taxi Driver c’est d’abord ce roman originel qui permet de plonger, grâce aux mots, dans l’univers mental de Travis Bickle, vétéran du Vietnam, icône échevelée et cinglante des remords de l’Amérique désorientée des années 70. Travis, donc, personnage singulier et hirsute, tient ce journal de bord hallucinant où l’on apprendra et où l’on devinera au détour d’anecdotes pittoresques qu’il cherche dans la nuit et les quartiers chauds une occasion de sortir du rang, de s’exposer, d’en découdre. C’est un passeur complètement allumé qui transbahute les âmes paumées sans trouver ni paix, ni sommeil et porte en lui la désillusion. La désillusion d’un « rêveur potentiel mort presque certaine garantie ».

Taxi Driver ou un taxi pour l’enfer avec sa dose de nihilisme qui va faire basculer Travis Bickle, très justicier dans la ville, immortalisé par De Niro dans le film, dans la folie d’un New York poisseux et venimeux. Même s’il raconte la même histoire que le film de Scorsese, le roman apparaît comme un objet autre à part entière, où la désaffection de cette Amérique fort étrange et incalculable me semble mieux ressentie…

Suburbia, Bruce Bégout

Ecrit par Laurence Biava , le Mardi, 24 Septembre 2013. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Suburbia, avril 2013, 256 p. 20 € . Ecrivain(s): Bruce Bégout Edition: Inculte

 

Essai sur les banlieues infinies des sociétés contemporaines

Bruce Bégout signe un essai exemplaire, complet et très éclairé, sur la suburbia (de l’anglais « suburb » = faubourg) autrement dit ces banlieues infinies où sont massés les habitants des sociétés contemporaines.

Cet essai définit avec beaucoup de justesse et de précautions ce qu’est la suburbia. Enrichi d’informations complémentaires à caractères sociologiques, il nous présente l’extension des villes au-delà de leurs limites, de  leur matérialité et nous renseigne sur la dissolution de l’urbain dans un espace sans centre ni périphérie, là où est condensée la négativité comme jamais.

On comprend mieux comment l’hyper-consumérisme, la pression écologique, la violence urbaine, le repli individualiste et défensif, l’enlaidissement des entrées de ville, la peur, l’isolement, le vide culturel, l’ennui peuvent avoir raison des replis de ces populations qui y vivent.

A l'aide ou le rapport W, Emmanuelle Heidsieck

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Jeudi, 22 Août 2013. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

A l’aide ou le rapport W, éditions Inculte/Laureli, 21 août 2013, 142 pages, 14 € . Ecrivain(s): Emmanuelle Heidsieck Edition: Inculte

Journaliste spécialiste des questions sociales, Emmanuelle Heidsieck aime aussi aborder ces problèmes dans des fictions, tentant de plus d’y renouveler les formes littéraires. Son dernier livre, A l’aide ou le rapport W, est ainsi une sorte d’essai romanesque traitant de l’évolution des relations humaines se dessinant dans notre société. Un livre qui résonne comme un cri d’alerte, et s’articule étonnamment autour d’un de ces rapports type dont les citoyens ordinaires ont rarement connaissance.

Ce roman d’anticipation commence comme un mauvais rêve que le retour progressif à la réalité ne viendra pas dissiper. Il plonge en effet le lecteur dans un univers kafkaïen, et l’infime décalage de deux ans adopté par l’auteure montre bien qu’un inquiétant processus est déjà largement engagé.

Un jour d’été 2015, un paisible professeur de droit à la retraite est arrêté sans ménagement à la sortie de son domicile par deux policiers. Son crime ? Avoir aidé ses voisins de ses judicieux conseils juridiques sans leur demander de contrepartie financière : coupable d’avoir sciemment enfreint la loi interdisant aide, don ou service à titre gratuit ! Depuis l’adoption de cette loi dite ADS, ces derniers sont en effet considérés comme des actes de concurrence sauvage quasiment « terroristes » car mettant en péril l’ordre social reposant sur une économie marchande.

Soliste, Laure Limongi

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Lundi, 29 Avril 2013. , dans Inculte, Les Livres, Livres décortiqués, La Une Livres, Roman

Soliste, mars 2013, 180 p., 14,90 € . Ecrivain(s): Laure Limongi Edition: Inculte

Soliste est un récit mêlant réalité et fiction qui dessine un portrait de Glenn Gould en reprenant la structure des Variations Goldberg que ce virtuose hors normes avait popularisées avec son dernier enregistrement considéré comme son testament musical.

Ce n’est pas la première fois que Laure Limongi, écrivain doublé d’une musicienne, s’intéresse à l’image en évoquant une « icône planétaire » du monde de la musique et aborde le thème de la singularité et de la reproductibilité en faisant revivre un homme après sa mort. Dans Fonction Elvis, elle l’avait fait au travers des multiples sosies du « King », tandis que dans ce dernier roman elle met en scène une sorte de clone un peu effacé dont on ne sait pas bien au départ s’il est le fantôme du pianiste canadien revenu sur terre trente ans après sa mort ou la simple imitation d’un faussaire. Dépassant la mécanique obsessionnelle des célèbres manies de son double personnage, elle évoque la personnalité profonde d’un artiste en recherche d’absolu, hanté par « l’idée du Nord », par la « pureté du son », qui à 32 ans avait refusé de continuer à se produire en concert, fuyant le contact direct avec le public au profit des enregistrements en studio pour s’enfermer dans un « duo vrai » : seul avec la musique. Et elle ajoute une autre dimension au livre en nous interrogeant sur l’humain, sur le rapport de l’homme à l’autre et à l’univers dans notre société de consommation et de communication virtuelle, sur notre perception et notre représentation du monde.