Identification

Gallmeister

Fondées en 2005, les éditions indépendantes Gallmeister sont spécialisées dans la publication de livres relevant du genre Nature writing.

Oliver Gallmeister, ancien directeur financier chez Hachette, est passionné par la littérature américaine, les grands espaces et les polars. Après avoir eu entre les mains leTraité du zen et l'art de la pêche à la mouche de John Glerach qui raconte sa vie bucolique dans le Colorado, il décide de faire connaître le « nature writing » en éditant et traduisant tous ces auteurs américains méconnus en France et fonde sa propre maison en 2005. SARL au capital de 30 000 euros ; la maison d’édition est modeste, il n’y a ni bureaux, ni personnels. Oliver Gallmeister travaille avec Laurent Beccaria (directeur des éditions Les Arènes depuis 1997) et fait très attention à rester une microstructure, en effet pour lui le principal écueil d’une jeune maison d’édition serait d’ « essayer d’être Gallimard tout de suite » . La première année il a publié six livres, aujourd’hui il en est à neuf parutions par an et 5 000 exemplaires vendus en moyenne par titre. Son plus gros succès, « Sukkwan Island » d'Island de David Van publié en 2010 et prix médicis 2010 du roman étranger, compte plus de 58 000 exemplaires vendus alors que ses meilleures ventes montaient jusqu’alors à 15 000, Le gang de la clef à molette d’Edward Abbeypublié en 1975. Soutenu par le CDE(son diffuseur), la presse et les libraires, le chiffre d’affaires de l’entreprise s’élevait à 539 999 euros en 2009.


Wilderness, Lance Weller

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 25 Janvier 2013. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Wilderness (Wilderness, 2012), trad. de l’anglais (USA) François Happe, janvier 2013, 335 p. 23,60 € . Ecrivain(s): Lance Weller Edition: Gallmeister

En 1899, sur la côte du nord-ouest des États-Unis, entre océan, montagne et forêt pluviale, Abel Truman, vétéran sudiste de la guerre de sécession vit seul avec son chien. Hanté par son passé, la mort de son enfant et de sa femme, puis la terrible bataille de la Wilderness qui l’a laissé estropié, Abel décide, comme une dernière expiation ou pour tenter de trouver une sérénité qui lui a toujours échappé, de faire un ultime voyage vers les lieux du bonheur fugace du début de son mariage. Mais, en croisant le chemin d’un duo de criminels qui lui volent son chien pour l’engager dans des combats, Abel dévie de sa route et trouve ainsi l’occasion de se replonger dans ses souvenirs et, surtout, de peut-être accéder à une forme de rédemption.

Funeste et tragique épopée d’un vieil homme en bout de course dans les décors grandioses de la péninsule des Olympics Mountains, Wilderness est aussi un voyage – également tragique et funeste – dans l’histoire d’un pays divisé. Entre les États du Nord et du Sud d’abord, entre les hommes ensuite ; selon la couleur de leur peau, leur origine, leurs choix de vie. Fuyant sa vie d’avant, l’ensauvagement – dans le sens de la brutalisation des comportements – de la guerre de sécession, grande répétition des massacres à venir au vingtième siècle, Abel Truman a trouvé une autre forme d’ensauvagement dans ces terres isolées où l’individualisme est de mise et où l’Autre représente avant tout une menace potentielle. Laissé pour mort après le vol de son chien, Abel en fait l’expérience dans son corps déjà profondément meurtri.

Le tireur, Glendon Swarthout (2ème recension)

Ecrit par Yan Lespoux , le Mardi, 04 Décembre 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Le tireur (The Shootist, 1975), traduit (USA) Laura Derajinski, octobre 2012, 199 p. 9,50 € . Ecrivain(s): Glendon Swarthout Edition: Gallmeister

« Ça doit faire longtemps que vous n’avez pas regardé un calendrier, Books. On est en 1901. Les jours anciens sont morts et enterrés et vous ne le savez même pas. Vous pensez que cette ville est juste un endroit comme les autres où faire régner une terreur de tous les enfers. Un enfer, c’en est un. Bien sûr qu’on a encore des saloons, des filles et des tables de jeu, mais on a aussi l’eau courante, le gaz, l’électricité et une salle d’opéra, on aura un tramway électrique d’ici l’année prochaine et on parle même de paver les rues. On a tué le dernier crotale dans El Paso Street il y a deux ans, dans un terrain vague ».

Lorsqu’il arrive à El Paso avec pour toutes possessions un cheval, une selle, ses colts, une montre, quelques vêtements dans une valise, un stetson, un coussin et un cancer de la prostate en phase terminale, John Bernard Books apparaît déjà comme un anachronisme dans un farwest qui entre de plain-pied dans le vingtième siècle. Depuis la mort ou la retraite de Wild Bill Hickok, John Wesley Hardin, Wyatt Earp et consorts, Books est le dernier tireur – manière pudique de dire tueur – légendaire à rouler sa bosse dans l’Ouest. Bloqué a El Paso par la maladie qui le ronge, il devient vite une attraction locale mais aussi une cible pour les rapaces qui entendent se faire un peu d’argent sur son nom et, surtout, une cible pour quelques tireurs ou aspirants tireurs de bas-étage déterminés à se faire un nom. Surtout, s’il sait bien qu’il ne vaincra pas le cancer, il entend au moins garder la main et choisir sa mort.

B comme bière, Tom Robbins

Ecrit par Alexandre Muller , le Vendredi, 02 Novembre 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Récits

B comme bière, trad. USA François Happe, 2 novembre 2012, 160 p. 8,60 € . Ecrivain(s): Tom Robbins Edition: Gallmeister

A la manière d’une chronique

 

Lorsque mon ami m’a rendu mon livre (Féroces infirmes retour des pays chauds), il se tenait assis dans un fauteuil. L’objet littéraire tournait et retournait entre ses mains respectueuses. Sa voix était calme et tout son être dégageait encore de la passion qui l’avait emporté sur ces territoires dont il revenait.

Je savais, quant à moi, depuis mon premier Tom Robbins (Une bien étrange attraction) que ce genre de lecture relevait de l’expérience presque psychédélique. Le terme n’est pas vain, la comparaison entre l’acide et Robbins pourrait sans doute être soutenue (j’ai expérimenté Robbins mais jamais l’acide, mon avis est que l’un est pour la littérature ce que l’autre est aux stupéfiants). « C’était incroyable » dit mon ami.

Si je me permets d’introduire mon article par une anecdote, c’est pour dissuader tout lecteur attaché à la littérature classique de pénétrer le dédale de comparaisons rocambolesques, de situations abracadabrantesques, de personnages survoltés, de scènes féeriques, accouchés par Tom Robbins.

Le tireur, Glendon Swarthout

Ecrit par Alexandre Muller , le Lundi, 29 Octobre 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Le tireur, trad. USALaura Derajinski, parution 2 Novembre 2012, 208 p., 9,30 € . Ecrivain(s): Glendon Swarthout Edition: Gallmeister

Parution en libraire jeudi 2 novembre 2012

 

Il faut bien s’imaginer un vieux cow-boy éreinté…

« Il pensa quand j’arriverai là-bas, personne ne croira jamais que j’ai réussi un tel voyage à cheval et, Dieu m’en est témoin, je n’y croirai pas non plus ».

« Il arborait un Stetson gris, une redingote noire, un gilet et un pantalon gris, une chemise blanche, une cravate grise et des bottes en lézard noires.

Entre le cuir de la selle et son arrière-train, il avait calé un coussin moelleux en velours écarlate orné de glands dorés. Il n’aurait pas supporté le voyage sans ce coussin. Il l’avait volé dans un bordel de Creede, au Colorado ».

… arrivant anonyme dans une ville, à dos de cheval.

« Il entra dans El Paso par l’Ouest, évitant comme la peste Santa Fe Street et la grande-place. Il ne fallait pas qu’on le reconnaisse déjà, pas avant que Hostetler ne lui ait annoncé la bonne nouvelle ».

Pike, Benjamin Whitmer (2ème recension)

Ecrit par Yan Lespoux , le Samedi, 29 Septembre 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, La rentrée littéraire

Pike, trad. (USA) Jacques Mailhos, Septembre 2012, 264 p. 22,90 € . Ecrivain(s): Benjamin Whitmer Edition: Gallmeister

 

Pike, vieux truand reconverti dans la construction, voit débarquer un matin d’hiver des années Reagan la jeune Wendy, douze ans, sa petite fille qu’il n’a encore jamais vue. C’est que Pike a quitté son foyer, sa femme qu’il battait et sa fille, Sarah, depuis bien longtemps. Mais en apprenant que Sarah est morte, et même si on lui dit que c’est d’une overdose, Pike veut trouver un coupable et part donc pour Cincinnati avec Rory, jeune boxeur qu’il a pris sous son aile. Ils ne sont pourtant pas seuls à écumer les bas-fonds et à piétiner la neige sale qui recouvre la ville. Derrick, flic pourri jusqu’à la moelle, traîne aussi par là et tourne autour de Wendy.

Errance de personnages malmenés par la vie, pervertis par le monde de violence dans lequel ils ont vécu ou naturellement corrompus, Pike, premier roman de Benjamin Withmer, suinte la noirceur. Entre un trou du Kentucky peuplé de prolos aussi imposants que vides de sentiments (« Ils l’ont pas encore fabriquée, la cartouche de fusil à pompe capable de perforer trois cents bonnes livres de gros bouseux du Kentucky ») et les quartiers à putes et camés de Cincinnati, on patauge avec les personnages dans cette neige constamment grisâtre et boueuse qui ne dissimule plus rien de la laideur des lieux.