Identification

Fictions (anthologie) 17, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 03.11.17 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Fictions (anthologie) 17, par Matthieu Gosztola

 

Dans une vallée

Le long d’un fleuve

 

J’ai ramassé

Sur le sol caillouteux

Des souvenirs de peuplier noir

 

Je les conserve encore aujourd’hui

Sous cette encre sèche

 

*

Au cimetière

Ton nom épelé

 

Dans le sable

Par les épines

De la rose

 

Quelques arrosoirs

Mais pas de jardinier

 

*

 

Assise sur le rebord d’un puits

Une vieille femme se penche

 

Aperçoit un saumon

(Les choses divines

 

Sont conçues par la raison humaine)

Elle ira le rejoindre

 

*

 

Infirme

Souillant le tapis de neige

Avec son espoir viscéral

 

Un cerf transi

Attend le jour

 

*

 

Une chenille observe nos corps méprisés

Mais ne comprend pas la motivation

De nos actes volatils

 

(Sa couleur est garance)

 

*

 

Canada

Edmonton

 

Un homme déshabille une femme

Sur un tapis de feuilles mortes

 

Il lui ôte ses rêves

Et un peu de tissu

 

Masque communément fin

Et aux odeurs de tabac sauvage

 

Courte

Résistance

 

L’organisme dépouillé

De sa partie inconnue

 

*

 

Elle dit :

 

« Un fou (ou un roi)

Fixe la lumière brûlante

 

Du projecteur

Comme dans un duel

 

Puis se recroqueville définitivement

Ébloui »

 

*

 

Au commencement du jour

 

La tempête

Fait chavirer de pesants vaisseaux

Tandis que les embarcations se soulèvent

Mais ne se retournent pas

 

Des hommes courageux se noient

D’autres se flinguent plus timides

 

Dans les flots tumultueux

Il n’y a jamais eu de sirènes

 

Le goût âpre du sel

A toujours suffi

 

*

 

Le malade croit généralement

Qu’il va vivre

 

Alors il

Lutte

 

De la joie aiguë

Que provoque l’espoir de guérison

Naît l’acte de décès

 

*

 

Vieux

 

Nous nous efforcerons d’oublier

Qu’il faut repartir

Avec le troupeau des nuages

 

*

 

Soixante-treizième jour de prison

 

J’ai balancé mon esprit

Dans la cour

 

Pour qu’il s’approche

Des églantines

 

*

 

Un vieil homme

Assis à m’écouter

Lire un poème

 

Son attention qui baisse

Le refrain de la pluie

 

*

 

La montagne

Sur la boîte

 

Je l’ouvre

Un peu de vent

À mon visage

 

*

 

Voilé

 

Je me tiens

Sous des arbres timides

 

Que je ne connais pas

Encore

 

Que je n’ai pas appris

À connaître

 

*

 

Le lac est gelé

 

Un esquimau fait un trou dans la glace

Il s’allonge sur le ventre et attend

Mais le phoque ne vient pas

 

Le soir

Alors qu’il fait sombre

L’esquimau est toujours sur le ventre

 

De la lune sortira la neige mystérieuse du matin

 

*

 

Elle dit :

 

« À travers les rangées de livres

Je ne vois que ses seins

 

Et la respiration (lente)

Qui les fait bouger »

 

*

 

Le ciel est gris (il me semble joyeux)

 

J’examine la soie

Que secrète une araignée blanche

 

L’homme n’a jamais rien pensé

De semblable

 

*

 

Au pied d’un mégalithe

La pie voleuse

 

A trouvé

Sa part de mystère

 

*

 

En automne

Les feuilles tombent

Une à une

 

(Existence

Du jaune cendré)

 

Et nous

Nous marchons dessus

 

*

 

La question de l’existence du bonheur

Ne se pose pas

 

Ce qui importe

C’est de venir quérir le jour

 

Pour mettre encore de nombreux

Beaux lendemains

 

Dans le puits

Qu’on emporte partout

Avec soi

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 2194

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com