Identification

Eroica, Pierre Ducrozet

Ecrit par Didier Bazy 07.05.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Grasset

Eroica, avril 2015, 264 pages, 19 €

Ecrivain(s): Pierre Ducrozet Edition: Grasset

Eroica, Pierre Ducrozet

 

 

« Changer chaque jour et essayer d’être un autre », disait Pierre Ducrozet, jeune écrivain désormais confirmé et rempli de sûres potentialités. Ici, il se glisse aisément sous la peau de Jean-Michel Basquiat, dans son âme et sur ses ailes. On s’envole, on décolle et on plonge. Ducrozet écrit comme Basquiat graffe et peint. Vite. Vif. Ouf, l’écrivain vient tout juste de dépasser en âge le plasticien. Basquiat a brûlé sa vie pour son art par tous les bouts. Comment aller plus loin, plus haut, plus vite sans égratignure ?

Par la revisitation non-théologique. Par amour. Par générosité. Si rare et si simple. SAMO : Same Old Shit, une signature pour rigoler, comme ça, pour rien. Pour toucher et transmettre l’essentiel d’une vie d’homme, une vie. Une vie pour se faire un nom par l’art. Un art pour se donner une vie, avant de partir pour de bon. Comme tout le monde. SAMO.

Eroica est moins une épopée que la distillation minutieuse du mot-valise qui mêle l’héro et la coke. Ducrozet manipule l’alambic en nouvel alchimiste. Savant et sorcier, psychologue et chimiste, il plonge le lecteur dans un processus de création qui éclaire, à coups de rayons X, l’espace plastique de Basquiat. Les œuvres de la comète s’y prêtent. Acmé du Pop Art. On a parlé de « Trans-avant-garde » : on ne retiendra que le trans, l’avant-garde n’existant pas sans arrière-garde. Une traversée donc plus qu’une épopée. Traversée à coups de cut-up, de cutter, de seringue et de thériaque. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas les tableaux de Basquiat a peu d’importance. Ce qu’a produit Basquiat demeurera une miniature éloquente de l’art des années 80, tourbillonnaire et mélangé, et, bien sûr, du monde débridé de l’argent galopant.

« Je ne crois pas que ce soit bientôt la fin du Pop Art. Les gens s’y intéressent et l’achètent encore, mais je ne saurais pas vous dire ce que c’est que le Pop Art, c’est trop compliqué. Ça consiste à prendre ce qui est dehors et à le mettre dedans, ou à prendre le dedans et à le mettre dehors, à introduire les objets ordinaires chez les gens » (Andy Warhol).

Loin des controverses, des polémiques et des fumeuses théories esthétiques, la concomitance chirurgicale de l’ablation de la rate en 1968 relie Basquiat et Warhol en une vérité toute humaine et toute romanesque. Lien intestin et reconnaissance du ventre. Le dedans au dehors. Le dehors rentré. Rien au milieu. Pas de milieu. Et nous, les voyeurs, perdus.

Pas de pathos dans ce roman. Pierre Ducrozet est un des plus grands écrivains américains de la littérature française d’aujourd’hui. Cette vie de Basquiat est livrée dans le menu des faits, rien que des faits, pratiquement tous les faits. De l’investigation genre Ellroy. Ça dérange mais c’est vrai. Tout est vrai.

 

(extrait – après la mort de Warhol)

Rentrer à la maison.

 

Il s’est assis devant la mer.

Il est calme.

C’est la première fois depuis des mois qu’il se sent ainsi. Hawaï lui fait ça.

Il lampe tranquillement une deuxième bouteille de rhum. La première est allongée sur le sable.

Ici il respire enfin.

Il va arrêter l’art et toutes ces conneries. Ce monde-là est vraiment pourri jusqu’à l’os. Ce ne sont que requins, trahisons, fric, fric, fric. Il va enfin faire ce dont il avait toujours rêvé : musicien, écrivain.

 

Eroica aura le dernier mot.

 

Didier Bazy

 


  • Vu : 3764

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Pierre Ducrozet

 

Livres :

 

Romans


La vie qu’on voulait, Grasset, 2013

- Requiem pour Lola rouge, Grasset, 2010 (Prix de la Vocation 2011)

 

Littérature jeunesse


Poètes, qui êtes-vous ?, Bulles de savon, 2013

Louis Armstrong, Bulles de savon, 2012

- Marco Polo, Bulles de savon, 2012

Les Clefs du zoo, Éveil et découvertes, 2009

 

Biographie :

Pierre Ducrozet est né en 1982 à Lyon. Son premier roman, Requiem pour Lola rouge paraît en septembre 2010 chez Grasset. Retenu dans la première sélection du prix de Flore et dans la sélection Fnac de la rentrée littéraire, il remporte le prix de la Vocation 2011. Il a écrit également quatre livres pour enfants, a tenu pendant cinq ans une chronique littéraire dans le Magazine des Livres, écrit des articles pour La Presse Littéraire, The Pariser, des nouvelles pour plusieurs revues, il traduit de l’espagnol au français (un roman est à paraître aux éditions 13e Note), et prépare un livre sur Barcelone. Il a été professeur au Lycée français de Barcelone, animateur d’ateliers d’écriture, libraire. Il fait partie de la Société Européenne des auteurs, pour laquelle il observe l’actualité de la traduction. Il habite à Paris, ou Berlin, ça dépend.

 

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Co-fondateur de La Soeur de l’Ange (Ed. Hermann)

Co-fondateur de la Cause Littéraire

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français

– Préfacier chez Pocket (Molière, Corneille)

– Deleuze et de Cuse (Collectif) Aux sources de la pensée de Deleuze. Vrin, 2005) dir : Stéfan Leclercq

– Après nous vivez (G S Editions, 2007)

– Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010) préface de Michel Host

– Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012) préface de Michel Granger

L’ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013) sélectionné 2014 prix roman historique jeunesse

– Cendres    (Publie.net, 2015)

– Traitements de textes ( Ed. de Londres 2015 )
– Explorateurs, qui êtes vous ? (Ed. Bulles de savon 2016)

Sélection 2018 prix Michel Tournier Jeunesse

– Savants, qui êtes-vous ? ( Ed. Bulles de savon, diff-distr Flammarion )2017

à paraître 2018

– Péguy internel