Identification

Les Dossiers

La digression simonienne ou l'expérience des limites

Ecrit par Sophia Dachraoui , le Jeudi, 17 Mars 2011. , dans Les Dossiers, Etudes

« Nous sommes d’une matière de langue autant que de rêve. Et les deux  sont indiscernables ». H. Meschonnic, De la langue française.


« Que nous soyons tous des sauvages tatoués depuis Sophocle, cela se peut. Mais il y a autre chose dans l’Art que la rectitude des lignes et le poli des surfaces. La plastique du style n’est pas si large que l’idée entière… Nous avons trop de choses et pas assez de formes » (1).


Claude Simon semble avoir compris qu’il serait temps de répondre à cet appel de Flaubert en changeant les systèmes normatifs. C’est dans cette mesure qu’il exige du récit des éléments « dont l’ordonnance, la succession et l’agencement ne relèveront plus d’une causalité extérieure au fait littéraire, (…) mais d’une causalité intérieure, en ce sens que tel événement, décrit et non plus rapporté, suivra et précédera tel autre en raison de leurs seules qualités propres » (2). Ainsi, à la logique temporelle linéaire qui place les séquences du récit selon la formule latine : Post hoc ergo propter hoc, Simon a substitué une autre logique, plus troublante, mais aussi plus dense : celle du fonctionnement associatif de la conscience.

L'émergence du roman dans le champ littéraire antillo-guyanais d'expression française

Ecrit par Jean Guitteau-Libos , le Mercredi, 16 Mars 2011. , dans Les Dossiers, Etudes, Chroniques Ecritures Dossiers

INTRODUCTION


Il semble aller de soi en ce début du vingt et unième siècle de parler du roman dans nos régions ; respectivement la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique. A un moment en effet où la primauté esthétique, l’intérêt de la critique littéraire et le choix des lecteurs sont accordés de manière presque automatique à cette forme romanesque.

Toutefois, dans un passé récent elle n’occupait pas cette place de prédilection. En ce sens, les auteurs du mouvement de la Négritude par exemple vouèrent un intérêt tout particulier, allant presque à l’adoration à la poésie. Avec l’Antillanité, du moment en tout cas où cette école connut ses notes de noblesse, elle perdit cet engouement viscéral au profit de la forme romanesque. C’est cette même attention que nous retrouvons avec L’Américanité, laquelle se poursuit de nos jours encore avec la Créolité.

Dictionnaire de la philosophie russe

, le Lundi, 28 Février 2011. , dans Les Dossiers, Etudes, Chroniques Ecritures Dossiers

Dictionnaire de la philosophie russe (édition française sous la direction de Françoise Lesourd). L'Âge d'homme 2010. 1007 pages. 77€

« J'attends les Cosaques, et le Saint Esprit. »
Léon Bloy


Il est des livres « pour les nuls ». Sorte de stratégie apophatique tant il semblerait que l'éditeur est persuadé que les lecteurs le seront toujours suite à leur lecture. Et puis, et puis il est des livres. Des livres qui dépassent cette condition d'objet tant le sujet qu'ils portent dépasse leur « capacité de stockage ». Une bibliothèque digne de ce nom ne devrait contenir que de tels ouvrages qui constitueraient alors autant de portes ou de fenêtres noétiques ouvrant sur un infini de découvertes intérieures transposant la bibliothèque au statut de cité spirituelle, inexpugnable cité intérieure illuminée par le logos seul...
Des livres avec lesquels, en outre, il faut batailler, (« seuls les violents s'en emparent ») tel Jacob avec l'ange...