Identification

Dites-moi quelque chose de précieux, par Thomas Besch-Kramer

Ecrit par Thomas Besch-Kramer 30.05.18 dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

Dites-moi quelque chose de précieux, par Thomas Besch-Kramer

 

Ce que je connais de la « fonction » paternelle est presque rien ; personnellement, j’ai juste endormi ma fille toute neuve lorsque sa maman s’épuisait à ne pas la calmer, épuisées toutes deux.

Ce que je retiens des pères en France est la perversité : le père vers le Mal, le pervers-le mâle.

Aux Etats-Unis, j’ai vu des pères bons, la plupart étaient chrétiens, mais aussi musulmans à divers degrés. Comme si le bonheur, la bonne heure d’être un pair avec sa chère et tendre épouse, les rendaient… épanouis. Cela n’empêchait pas les désagréments, les disputes, les « adultères » : des adultes errent.

Les enfants ne s’en portaient que mieux : une maman et un papa heureux font des enfants heureux. Bien sûr, comme les enfants français, les petits étasuniens ont besoin de soin : bras cassé, baisse de moral à l’école, maman célibataire ayant une vie « sociale » dont le fils appelle le maître « papa » et à qui il confie : « j’ai deux papas »… torticolis, angines, bref les bobos sont soignés par des médecins, des kinés, des profs sympas et compétents.

Il y a des HMO, grands systèmes de soins payants et, depuis peu, des soins type « sécurité » sociale, voire socialiste – il n’y a pas de socialistes aux USA.

La sécurité n’existe pas comme notion américaine : le défi – le fameux challenge–, l’envie d’entreprendre sont bien plus répandus. « C’est la vie » disent les Louisianais. La retraite est quelque chose de capitalistique… un jeu en bourse en somme.

Les Américains attachent de l’importance à la parole – parole donnée, parole écrite. Des théories « perlocutoires » ou « illocutoires » ont vu le jour au XXe siècle sur la puissance de la parole. De si longtemps que je me souvienne, Stephen Krashen était le professeur-chercheur qui m’a le plus expliqué ce qu’était d’apprendre une langue, une parole, une « langue étrangère ». Stephen Krashen travaillait et vivait à Palo Alto, Californie du Nord. Il appelait tout simplement le fait de « parler », et dans le meilleur latin, une « lingua franca ». Je traduis : une langue franche, ou en poussant un peu le chauvinisme, une langue « française ».

Comme Stephen Krashen, entrepreneur des langues, un autre « père », de l’aviation cette foi, m’a étonné : Burt Rutan. Ingénieur de la NASA, il construit avec son entreprise « Scale Composites » des avions et des vaisseaux spatiaux.

Je ne connais de l’un ni de l’autre le pedigree marital. Mais tant en linguistique qu’en aéronautique, ils demeurent des modèles pour moi qui rêvais, un jour, d’être astronaute…

J’ai vu aussi aux USA des disputes violentes entre père et fils, des mésalliances entre fille et père, déconvenues qui m’ont conduit à revenir en France, près de mon père, près des racines, près de la vie et de la mort (François Cheng). « Shen Shen Bu Xi » :la vie engendre la vie, calligraphie le poète chinois, étranger et ami dans la langue française.

La vaisselle est un moment précieux ; je peux laver à l’eau claire, avec du dégraissant, une poêle, des couverts et récurer le bassin et le siphon. Plutôt que la machine à « charger », faire une à une ces petites tâches me calme et me donne la satisfaction de laver. « Laver ». Laver les ustensiles et laver les mains. Mon cousin lointain Michel est parti en dissociation cognitive et psychotique en « lavant » l’appartement de ma grand-mère paternelle : il y avait vu le diable… Il inonda l’immeuble pour s’en débarrasser, ce cher cousin Michel !

La psychose, sa psychose, ma psychose, les psychoses familiales inquiètent les mamans, les familles. Les pères se murent en général dans le silence et la réprobation ; ils gèrent et ce n’est pas « leurs affaires ». Par contre, faire la vaisselle, la lessive et les tâches « ménagères » sont encore et toujours du ressort de la « ménagère », celle qui gère le ménage, la femme. La femme « moderne » est aussi une « managère », sorte de ménagère des affaires : elles font le ménage dans le management.

Cousin Michel et moi donnons donc des leçons aux mâles enkystés qui ne s’occupent de rien du quotidien ménager. Mémé, ma grand-mère, m’avait dit :

– Tu lui as parlé.

Oui, j’avais parlé à cousin Michel avant qu’il ne lave la maison de l’influence diabolique…

Il voulait que je lui offre un tee-shirt de l’école de chasse et j’avais refusé ; le lendemain, il voyait le diable. Absurde… ?

La fin de vie approche ; beaucoup de gens savent ce qu’il y a après, d’autres ne savent pas. Je crois qu’après la vie, on entre – j’entre – dans l’ère du souvenir. Sur-venir, venir, sou-venir et l’adulte erre.

– Tu me disais : « dis-moi des choses belles »…

– Oui, un prêtre m’a dit une chose belle, une après-midi : « moi aussi, j’ai trompé ma femme ».

C’est la plus belle chose que m’a dit un homme de Dieu : « moi aussi ». Le reste de la phrase importe peu. En deux mots, il s’était joint à moi comme les deux mains sont jointes pendant la prière : l’une est l’empathie, l’autre la compassion. Ce prêtre avait peut-être fait un educated guess une devinette, une supposition éduquée.

Alors, les choses que j’ai dites à cousin lointain Michel étaient belles et dures : les avions, l’écolage, la chasse embarquée. Je ne lui ai pas permis de rêver plus loin en accédant à sa prière d’avoir en cadeau-souvenir un tee-shirt de la chasse embarquée. Il est resté dans la réalité de la maison Besch et en a chassé le diable, temporairement.

– C’est joli, ce que tu dis là, Thomas.

C’est la chasse embarquée qui chasse le diable ? Oui, c’est assez joli comme interprétation divine. Les pilotes de chasse sont en effet vus comme des Seigneurs, des demi-dieux. Mais ils transportent aussi des démons ; c’est tout le but de l’écolage de leur faire toucher du doigt le bien et le mal.

Lajos Kalman Sr fut mon père de l’aviation américaine comme le fut Lucien Janssonne, père dans l’aviation française, et, bien sûr – car nous sommes en France – père défaillant. Lajos, Louis – il y avait Petit Louis, son fils, et Big Louis, le papa – Lajos parlait assez souvent du Good Lord, qu’il soit chrétien ou zoroastrien. Petit Louis est instructeur pilote, ingénieur électricien et Mark, son frère, est mécanicien avion. Tous deux sont mariés, avec enfants. Caroline, la femme de Petit Louis, fut mon instructrice avion au Kansas – bien sûr, les quolibets sexuels fusèrent… Mais rien de sexuel n’arriva et elle restera la personne à qui je me confiais et téléphonais régulièrement lors de mes classes à l’école navale. Elle m’apprit : « Aviate, navigate, communicate ». Et d’autres choses que les femmes pilotes transmettent.

– C’est joli, ce que tu dis là, Thomas.

Tu sais, j’essaie d’être dans la réalité des bons souvenirs ; à l’à-venir, je ne sais rien, je ne conte pas, mais aux bons souvenirs, j’essaie d’être fidèle. Et la fidélité, la foi, la devise Semper fi des Marines américains me touche car, si je retiens une chose des réalités parfois éprouvantes, en France comme aux USA, c’est que la parole donnée compte.

– Et elle conte, n’est-ce pas, Thomas ?

Tu peux le dire : la parole compte et la parole conte. C’est la même étymologie, la même racine de la naissance à la mort. Les uns deviennent comptables, d’autres conteurs et d’autres encore, astronautes… Et moi, suivant les courants de Bruno-le-marin, quartier-maître Major, je naviguais entre les calculs comptables, les récits mythomanes et le rêve inaccessible du pilote de chasse. La réalité décide encore autrement du conte psychique enfantin.

– Oh, raconte-moi, cousin Thomas, une histoire de courants, de navigation !

– Une histoire d’eau, cousin Michel ?

– Oui, pas une histoire érotico-pornographique (Guido Crepax) – une histoire de marin !

Tu sais, les marins, le cul et l’eau… L’eau sur les bateaux gris, c’est de l’eau Perrier, en bouteille de verre ; le cul, c’est des cassettes vidéo au carré et des histoires à dormir debout. Souvent vraies, ces histoires habitent les ports – ah, bite les porcs ! –, et certains ouvrages, en lecture ou en film. Mais les vraies histoires de marins, c’est « Travail, Discipline, Honneur, Patrie ». C’est inscrit sur chaque bateau. Le reste sont des histoires bien humaines.

Je peux juste te dire que j’ai perdu mon honneur. « Honni soit qui mal y pense », c’est la doctrine et la devise de la couronne britannique. Je peux juste faire le lien entre honni et honneur : ce qui est honni, banni, ne fait plus honneur ; on ne lui rend plus hommage. Je n’en sais pas plus sur l’esthétique médiévale de l’honneur et du bannissement. J’ai écrit un long ou court, c’est selon, un essai sur Hendiadyin et le fantastique métier des armes ; il y est question de chevaliers, de pilotes, de femmes, de religions et finalement, de la fin de l’amitié. C’est un livre illustré sur les illusions : il y a des images littéraires, les métaphores, et des images retravaillées sur Photoshop, les illusions. En fait, quand tu as fini de le lire, tu mélanges les métaphores et les illusions et, je te l’avoue, je ne sais plus très bien ce qui est réel. Le seul point de mémoire qui m’en revient est : « Sida mental » et My love (dédicace à Samantha).

Un autre ressouvenir est le fait que l’on cherche, étant élève-pilote, à trouver « son » père – à l’école navale pour la remise du sabre (le parrain), dans les écoles de Cognac, Tours et Hyères-le-Palyvestre (le moniteur). J’y avais trouvé Mortier, Bazin et Fauret – j’ai oublié le nom (pas le visage) du jeune homme de l’école navale, un « direct », un bordache. J’ai longtemps hésité entre lui, le vrai de l’école navale, et Thierry Chouffaut, commandant de bord de la Sécurité Civile sur DASH, à La Réunion. Thierry avec sa calvitie me faisait trop penser à mon propre père, chauve !!

D’autres marins recherchent des « mamans » ; là, c’est plus technique et pour tout dire l’érotique se mêle à l’amour et les sentiments vrais aux fantaisies pornographiques !

– Oh, vas-y, vas-y !!

Non, il y a des histoires écrites, à écrire, et des histoires orales, à dire (ou à taire). Et puis, toi-même, ne me disais-tu pas de n’en point parler ? Alors, garde une belle image des marins et de la chasse embarquée. Il y a par exemple le lessivage-savonnage du pont par les mousses qui font mousser l’eau claire ; il y a les footings sur le pont d’envol ; il y a le canon de trente tiré à trente nœuds…

Et puis, aujourd’hui, il y a la fin du jardin. La fin des rêves d’aéronavale et la fin concrète de cultiver la terre. Je n’ai plus l’argent pour louer la terre, j’ai des outils certes – payés par papa-maman, mais je n’ai pas l’envie de travailler la terre seul, sans papa-maman. Ma terre, ce sera les livres et les lettres. J’y suis plus accommodé, c’est triste mais je ne suis pas paysan. Alors devenir paysan des lettres, c’est un « programme » ! Tracer le sillon de la prose d’un côté, et le sillon de la verve de l’autre. Je me console mais je vais regretter la belle amitié et la bonne entente – les gentils mots échangés – entre les jardiniers : Céline, Jean-Pierre, Suzon, Catherine, Gérard et bien d’autres.

La terre qui colle aux bottes, les mots qui collent à la tête, la boue qui crotte les bottes, les mots qui décrottent les vers… En fait de vers de terre, j’aurai – j’ai – des vers de tête, des vers dans ma tête !

– C’est drôle et pas lisible, ce que tu dis là, Thomas.

Oui, je ne sais pas trop ce que cela veut bien dire. A plus tard, cousin, lointain cousin Michel ; je vais rendre les clefs du jardin. A bientôt, merci de m’accompagner dans la lecture de ma terre, ma terre de tête.

« La vie est mal faite ». Voilà ce que résume Simone au soir de sa vie d’arrière-grand-mère. Les méchants réussissent et les simples paient les pots cassés. Je résume sa pensée, en mangeant les bugnes de carnaval pas grasses qu’elle m’offre, avec le café.

Si les prêtres et autres hommes et femmes d’oreille venaient à rendre public, c’est-à-dire à publier, les termes de leurs écoutes, la vie apparaîtrait certainement mal faite. Mais, souvent, ils les couvrent, ces paroles d’autrui, dans le miel de l’indifférence polie et des explications intello-intellectuelles. Seuls les simples parlent avec des mots simples des malheurs. Le reste, c’est de l’analyse et de la transaction… De la gestion de parole comme on gère le cash-flowet le turn over d’une industrie, décidément dirigé par un « capitaine » d’industrie…

Gérer la parole, c’est bien ce qui me gêne. Gènes ? J’ai dans les gènes la grammaire et une orthographe françaises. La gêne m’apparut bien vite quand il fallut transporter cette parole française dans des cœurs étrangers, dans le cœur des Autres. Alors, je compris que normes et normalité allaient de pair dans l’apprentissage. C’est triste, mais c’est un constat de jardinier : si les tomates ont la maladie, on les arrache ; si les doryphores mangent les patates, on les arrache et on essaie de tuer les petites bêtes. Eh bien, dans les langues, et peut-être dans tout apprentissage, albeit l’aviation – on tue les mauvaises herbes, on tue les petites bêtes et on recale les élèves les moins « doués ». Ces « moins-doués » ne sont pas dans le « moule ». On évite de cramer le gâteau et de déborder le cadre d’une session de cours en les « éjectant » : atteints des « pathologies dys-», par exemple. Ou, autre exemple, dans l’Armée de l’Air, on est « mal câblé ». Je suis un mal câblé. Poliment, l’on me dit que je pourrais faire des rallyes, pas de Formule 1.

Des ouvrages savants exposent les théories de la mémoire de l’apprentissage : je m’y perds ! Ce que je retiens de mes apprentissages, c’est le mot « motivation », à savoir : pour quel motif m’engageais-je dans telle direction ? C’est le mouvement, la motion, et l’émotion, le contraire du raisonnement. Alors, je lis il y a peu : « si tu as peur, ne suis pas ton cœur ». Jolie rime, mais encore. Il y aurait la peur et une réponse animale – la fuite ou le combat. Il y aurait la peur et une réponse humaine – l’attente. Il y aurait la peur et une réponse divine – patienter. Patienter, c’est souffrir l’attente. La douleur est alors insupportable : le minéral se casse au gèle, le végétal brûle à la sécheresse. L’homme et la bête souffrent, patientent, enfantent le divin. Et l’Ange, que fait-il ?

La vie est mal faite pour les Anges : certains sont occultes et diaboliques. Pourquoi ? D’autres sont des messagers : Gabriel qui parle à Marie. L’on nous dit avoir, comme la chèvre de monsieur Seguin et sa laisse du col au piquet, un ange-gardien. Mais les anges, gardiens de la vie et gardiens de la prison de la vie, ne paient pas ma terre au jardin familial ni n’empêchent la mort d’un nouveau-né…

Quelles sont les motivations des Anges ? Les Blue Angelssont la patrouille aéronavale de l’Amérique : ils représentent en formation diamant la force des USA, the Mighty America. On donne dans l’image de marque… et les images de ces vols bleus en patrouille marquent les esprits plus qu’un pied de tomate ou qu’une racine de tubercule.

Un pilote de F-15 américain me disait que piloter un chasseur comme cet Eagle était comme être une Rock Star, c’est-à-dire déménager les étoiles… mais ce pilote d’aigle royal fait-il son ménage, passe-t-il la serpillière, comme me le reprocha le Commandant Martin au premier escadron de chasse Jean Langlet de Tours ?

Ce que j’essaie de dire précisément est ceci : qu’y a-t-il de commun entre une panosse et un jet de chasse ? L’homme qui les manie…

En fait, Martin – dit « Cochonou » – ne me faisait pas de reproches, il constatait tristement que j’étais devenu la serpillière de l’escadron…

– Un officier ne passe pas la serpillière, Besch.

Sauf quand il s’humilie pour pouvoir poursuivre son écolage… D’autres haussèrent la voix, firent jouer les galons, se plaignirent même aux Commandants Madinier et Martin. Moi, je n’avais rien appris de tout ceci ; je me courbais, épongeais et passais la serpillière sur les pas des autres chasseurs.

– Bon, à quand une belle histoire, mon cher Thomas ?

Pardon, cousin lointain ! Je m’appauvris du passé ! N’en garde-t-on pas que les « bons souvenirs » ?

Non, il y a aussi les mauvais souvenirs, les souvenirs tièdes comme l’eau tiède du robinet. Le premier vol solo sur Alpha jet est un souvenir tiède, noté « vert ». Impression des deux turbines lancées à haute vitesse, défilement de la piste autour du cockpit avancé sur l’avant des moteurs, et puis à 90kt, rotation de la roue avant. Après, tous les réflexes et automatismes passent en manuel, précis et ordonnés jusqu’au troisième tour de piste final. C’est un vol libre après les semaines en simulateur avec un instructeur criard et les vols en double-commande avec un instructeur roublard !

Mais Ltt Foissey, juste macaroné (remise du brevet convoité) perdit son premier enfant. Je n’ai plus de nouvelles, mais un ange-gardien lui obtint le macaron de chasseur convoité et un ange-de-la-mort lui ravit son bébé. Foyss et Ben, avec qui nous jouions au jeu du dictionnaire… quelle époque !

Des bébés précieux s’en vont dans les prés des cieux, près du ciel, près du Père, près de Marie. Alors, les bébés humains naissent-ils dans les roses ou dans les choux ?

– Drôle d’histoire… est-ce une chose si précieuse que d’évoquer la mort qui ravit la vie, Thomas ?

Je ne sais pas. Je crois que la vie est ne pas avoir peur de sa propre mort ; par contre, quand la mort des Autres, d’un proche survient, j’entre dans les lettres capitales de la douleur. Et je ne parle pas de la douleur psychique, je parle de la tendresse et de l’amitié, du silence et de l’émotion qui étreignent à l’annonce d’un départ vers l’au-delà. Des moments où je ne raisonne plus et où seules les fleurs et la poésie peuvent atténuer le mal. La sonnerie aux Morts et les drapeaux en berne, aussi.

Je ne peux pas berner la mort, ni la vie. Même la parole ment. C’est le menssonge, en franco-latin, le songe de l’esprit, le rêve de tête. Et j’ai joué avec mes rêves au point de devenir amant, mari et père d’un vrai bébé femme, ma fille de 17 ans. Alors, qu’est-ce qu’un mari vaut ? Pour Samantha et moi, c’était la découverte des corps à corps, les voyages et les études, le travail pour tous deux, et les poubelles – sortir les poubelles le vendredi soir en revenant d’Atlanta. C’était aussi la fidélité malgré les tentations extra-conjugales, nombreuses. C’était les repas en famille élargie aux frères et demi-frères (Andy). C’était les promenades avec les chiens et les parties de golf à Williston, Caroline du Sud.

Drapeaux en berne sur mon mariage et sur la connaissance de ma fille, adolescente. Les discussions intimes entre Samantha, moi et Janice (mother-in-law) n’ont plus lieu. C’était moi, à genoux devant le grand-père de Williston, parlant apeuré du futur divorce…

– Est-ce vraiment précieux, ce que tu dis, Thomas ?

Je ne sais pas ; c’est des souvenirs. Le futur avenir est inconnu ; le présent n’existe déjà plus. Il flotte, rémanences, sur l’écran du texte – ledit texte – virtuel. Un texte paré de toutes vertus, toutes forces à-venir… Peut-être, peut-être pas. Ecrire de mémoire est ce que je sais faire, pas de futurologie ni de science-fiction. Et la mémoire est ma grande inconnue, peut-être notre grande inconnue à tous. Des études prospectives, des agendas bien remplis organisent le futur. Mais la mémoire ?

– Au commencement était Dieu… Thomas…

Oui, c’est déjà un passé de la mémoire qui présente la Création, qui offre au lecteur l’audition du Big Bang. Je n’ai pas de réponse, je ne sais pas. Peut-être dans une autre langue, les notions du temps sont-elles Autres… Je ne sais vraiment pas.

– Et si je te disais : « la mémoire est une rose rose », Thomas.

C’est très joli ! Effectivement, même sans mots, je me rappelle qu’enfant les roses étaient roses, et que les choux étaient…

– Verts ?

Non, enfants, les choux étaient choux !! Joli travail de mémoire que d’associer couleurs rose/vert à enfant/chou, n’est-ce pas ? La mémoire traverse les mots et les non-dits, non-écrits. Les scribes sont assis, les paroles volent : les paroles savent d’elles-mêmes se piloter dans les airs, sur les aires, à travers les ères !

– Les paroles errent… ?

Oui, des paroles en l’air errent comme le Saint Esprit ; j’ai souvent une référence religieuse qui surgit. C’est un tribut à payer toute ma vie à la mémoire de mes pères… Mais les paroles aèrent aussi : elles font de la place à la femme dans la vie des hommes. Elles sont un peu moins qu’un homme, un peu plus qu’un ver de terre : elles varient. Les paroles sont libres alors que les écrits restent figés dans la typographie, lettres cursives d’écriture calligraphiée. Les paroles n’ont point besoin d’enluminures pour resplendir : la tessiture de voix est la base, le rythme est le fumet. Il y a une magie de la parole, une magie de l’effet-mère qui berce son petit avec une chansonnette pour faire dodo :

– Fais dodo, Colas mon p’tit frère, fais dodo, t’auras du lolo…

Oui, ou « Frère Jacques, dormez-vous ? Sonnez les mâtines… ». La voix, l’odeur et la peau de papa-maman bercent le tout-petit : c’est ce que j’essaie de retrouver en ce moment – une berceuse dans mon monde… Dans les vols de chasse, en phase critique, la voix du pilote se fait basse et celle de la contrôleuse aérienne soprano-coloratur. L’un et l’autre bercent le bébé technologique, le bijou technique défaillant – l’avion – dans les écouteurs VHF et UHF. On appelle à ce moment précis l’opérateur radio-vaillant « maman ». Qu’il soit homme ou femme, une seule fréquence dédouble l’appel de détresse : 121.5 VHF ou 243.00 UHF. Ensuite, c’est le sommeil éternel ou la sortie de panne…

 

Thomas Besch-Kramer

 


  • Vu : 766

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Thomas Besch-Kramer

 

Lire tous les textes de Thomas Besch-Kramer

 

Lauréat du Conseil International d'Etudes Francophones (Ottawa, 2005), je ne cesse d'interroger l'art, les sciences et les religions sur les questions du bien, du mal. J'ai fréquenté les cieux avec l'aviation et les langues avec l'enseignement.