Identification

D’Images et de bulles (8) - Herakles, tome II, Edouard Cour

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas le 30.08.14 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

D’Images et de bulles (8) - Herakles, tome II, Edouard Cour

 

Herakles, tome II, Edouard Cour, Editions Akileos, avril 2014, 160 pages, 18 €

 

Herakles revient pour un second volume aussi détonant et sanglant que le premier. Si vous avez manqué cette revisitation du mythe par Edouard Cour, procurez-vous ces deux tomes élégants à la couverture noire. Sur le second, une main aux doigts épais, rouge sang, fait le pendant à la figure jaune du héros comme esquissée à la craie du premier : farouche, violent, c’est un Herakles hanté par la culpabilité, un héros au cœur pur et aux mains souillées que vous allez rencontrer.

« Un lion se fait faire la peau, un hydre ne sait plus où donner de la tête ? Herakles est passé par là !

Une biche innocente capturée, un génocide pour un sanglier ? Herakles a bien bossé !

Une pluie d’oiseaux percés, un taureau dompté, un compagnon bouffé par des équidés ? Herakles continue sur sa lancée !

Libérez le passage si vous le voyez arriver ! Il continuera quitte à ce que tous doivent y rester… Même les femmes ne peuvent y échapper, car les travaux sont trop avancés !

Malgré la perte de femme et enfants… Toujours de l’avant sur un chemin couvert de larmes et de sang » !

Voici donc Alcide poursuivant les travaux imposés par Eurysthée pour prouver la divinité du héros. Nonchalant, voire blasé, Herakles accomplit sa besogne avec la confiance de celui qui en a vu d’autres. Sa force légendaire vient à bout du colosse Géryon et de son troupeau, des obstacles qui l’empêchent de récolter les pommes du Jardin des Hespérides après bien des obstacles, d’Hippolyte, reine des Amazones et fille d’Arès dont il doit rapporter la ceinture ; objet qui aurait pu lui être offert sans dommages si la reine n’avait prévu de tuer le futur père de sa descendance ainsi que tous ses compagnons… Sur sa route, il rencontre les entités les plus mystérieuses et les plus anciennes : Antée, Prométhée, Atlas. Nérée et ses métamorphoses, sa descente aux Enfers, lui donneront du fil à retordre.

Entre deux exploits imposés, il n’hésite pas à donner un coup de main à des inconnus ou à ses amis, coup fatal le plus souvent à leurs ennemis. Le plus pénible pour lui n’est-il pas finalement ce diablotin qui n’est autre que Linos son ancien maître de musique et qui, sans cesse, lui susurre à l’oreille et lui rappelle qu’il sème la mort et la désolation même parmi les siens.

Edouard Cour, à la fois scénariste et dessinateur, n’hésite pas à favoriser l’économie des dialogues pour exploiter son talent en matière de composition et d’images chocs, offrant une large place aux espaces immenses traversés par le demi-dieu. Les dialogues drôles et souvent décalés apportent un contrepoint intéressant au dessin. Ce dernier s’impose par sa puissance et sa force primitive, son dynamisme et sa noirceur. Les choix chromatiques déclinent le noir et des couleurs chaudes installant une atmosphère crépusculaire.

Le lecteur plonge avec délectation dans ce bain de mythologie à l’état brut. Car Herakles est une vraie réussite et on attend avec plaisir le tome trois promis par l’auteur. Certes les travaux sont achevés mais la malédiction d’Héra n’est pas levée…

 

Myriam Bendhif-Syllas

 

Edouard Cour est scénariste et dessinateur de BD. Il est diplômé de l’Ecole d’Arts Plastiques de Paris. La série Herakles est sa première série BD.

 

  • Vu: 1445

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.