Identification

Création poétique

Journal des lisières tanka-suite # 24

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 01 Décembre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

le promeneur indiscret

 

sa tendre il emmène

dans le bruit de la plage

sous la lune haute

la lumière est verticale

dans la caverne des eaux

 

à l’abri des haies

ils s’assoient doucement

ensemble ils se protègent

le disque lunaire s’enfle

de férocité coupante

S’y faire, c’est tout

Ecrit par Sylvain Gau-Gervais , le Mercredi, 26 Novembre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

 

 

dans ma tête c’est un désordre

aux hordes de fantômes

aux segments flous

oh !… une ombre,

deux,

plusieurs et qui glissent

je ne crois pas que je suis fou

Un art de vivre

, le Mardi, 25 Novembre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

petite grasse, grâce mat’

lendemain de la veille

bal aux lampions

dans la région, tradition (ça rime)

se remémorer la chanson

du grand Charles

– viens, découvrons toi & moi

les plaisirs démodés…

se lever

du pied droit

sans l’aide du réveille-matin

Journal des lisières tanka-suite # 22

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 24 Novembre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

chronique des chats tournants

 

Fifille est rentrée

à ses grands yeux taille fine

je l’ai reconnue

elle a sa manière à elle

de se frotter aux chevilles

 

elle a retrouvé

tous les siens et en silence

elle les mesure

les jeunes ont bien compris

de bonne grâce ils s’écartent

En écho du poète

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Samedi, 22 Novembre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Vous prenez un texte, vous le recréez à votre façon en le lisant / & vous en arrêtez le cours / d’un coup d’arrêt de lecture / net. Un coup dans les jarrets d’un mot. Pour en imaginer la suite au long cours / des images… Quand vous le reprenez,

--- vous êtes, vous êtes

enfoui / enfui dans la cage de transport / du chien. Vous serrez les poings, vous écoutez. Vous lèchent les abords de la nuit, pour y voir de plus près / au plus loin. Vous êtes---

recroquevillé parce que vous n’êtes pas un chien. Aux aguets de la tête aux pieds, cœur-tendresse / cœur d’Orage ; parce que vous n’êtes pas un chien mais, le croyez-vous vraiment ?---

Parce que vous êtes---

vous êtes LE chien, puisque vous vous inquiétez pour le chat. LE chat, parce que vous aimez le poisson rouge. LE poisson rouge, parce que vous regardez nager dans le ciel / un oiseau rouge, au cri cœur-d’Orage.