Identification

Création poétique

Souvenirs d’école, par Sandra Lillo

Ecrit par Sandra Lillo , le Samedi, 06 Juin 2015. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

 

 

Le matin fondre son corps, las, déjà vieux dans

Une classe oubliée ;

Comme après une absence prolongée retrouver

Derrière un calque de poussière

La règle jaune dans le caveau du tableau noir,

Les chaises, les tables, la veille rejetées.

Ah ! Ça ira !

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 05 Juin 2015. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

 

 

Ce soir les éclopés, les ploucs, les prolétaires,

La lie, les va-nu-pieds, la boue, les culs-terreux,

Les gueux, les affamés, les flous, les ténébreux,

Désertent les clapiers, les égouts, les tanières.

 

Au glas turbulent des beffrois

Les rebuts jouent les rabat-joie

Dans les tours trépidant d’effroi

Le bourdon bat chez les bourgeois

Rohmer en poèmes (13) L’Homme et la Machine

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 04 Juin 2015. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Il parle. Il parle sans cesse.

Il dit :

 

Une des caractéristiques

de ce matériel est qu’il

permet de faire à la pièce

des articles de mesure tout

à fait spéciale. Chose qu’il

est absolument impossible

de faire sur un matériel plus

moderne et entièrement mé

canisé.

Artaud ou « la machine de l’être à regarder de traviole » Quel fut / quel est le style d’Antonin Artaud ?

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Mercredi, 03 Juin 2015. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Son style n’est pas :

– Tric Trac du Ciel, recueil de poèmes édité en mai 1923 c/o Kahnweiler éditeur.

Ce « petit livre de vers en effet ne me représente en aucune façon », écrit Artaud en 1946.

Ne le représente pas effectivement parce que ces vers « ont un petit air désuet d’une littérature à la (…), farces d’un style qui n’en est pas un » – un style « comme celui d’un dandy qui ferait glacer ses manchettes, n’ayant plus pour col de chemise que le tronc d’un guillotiné ».

Autrement dit le style d’un écrivain (écri-vain ?) qui de façon imagée n’aurait plus sa tête – puisque « guillotiné », non pas « décapité » mais « guillotiné » c’est-à-dire dont on a coupé la tête / la liberté d’esprit – au sens figuré un écri-vain qui n’aurait plus la pleine possession de son esprit.

Rohmer en poèmes (12) Une étudiante d’aujourd’hui

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 28 Mai 2015. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

 

 

La voix d’Antoine Vitez.

Dans l’ancien folklore

du quartier latin,

l’étudiante

était cette jeune fille

émancipée

plus ou moins en rupture