Identification

Cellulose, Guy Chevalley

Ecrit par Valérie Debieux 09.04.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Olivier Morattel éditeur

Cellulose, octobre 2015, 224 pages, CHF 24.-

Ecrivain(s): Guy Chevalley Edition: Olivier Morattel éditeur

Cellulose, Guy Chevalley

 

 

Selon le Petit Larousse Illustré (éd. 2016), la cellulose se définit comme une « substance macromoléculaire du groupe des glucides […], constituant principal et caractéristique de la paroi des cellules végétales, utilisées notamment pour la fabrication du papier […] ». Or, le papier n’est pas uniquement utilisé comme support physique à l’écriture, mais il arrive parfois qu’il soit ingéré comme de la nourriture, tels un club sandwich ou un millefeuille.

Ainsi en est-il du dossier retrouvé par Morlan – qui plus est en son bureau –, alors même que sa disparition supposée constatée, tous ses collègues de travail ont été sollicités pour le retrouver et que des accusations ont même été proférées à l’endroit d’un employé du courrier :

« Alors quand je tombe sur le dossier disparu, posé au coin de ma table de travail, j’ai beaucoup de peine à m’en remettre, ce n’est pas le fait de l’avoir manqué la première fois qui me torture, mais l’idée que j’ai obligé les autres à chercher à leur tour. “Il y a pire que de perdre un dossier”, m’a dit Hannah. Elle a raison, il y avait bien pire : annoncer qu’on l’avait perdu et le retrouver. Certains appelleraient ça une bonne nouvelle… Moi pas. Je suis consternée. Une voix me murmure qu’il en va de mon honneur et de ma réputation… Cette drôle de réflexion en amène une autre : il ne faut plus qu’on retrouve le dossier. […] J’accomplis le seul geste sensé : je passe une à une les feuilles du dossier à la déchiqueteuse. Puis, ne sachant que faire du ballot formé par les jolis rubans blancs effilochés, j’entreprends de les manger pour qu’ils reposent dans un endroit où nul ne pensera à venir les chercher. Heureusement le dossier était plutôt mince et l’encre pas trop amère ».

Morlan a posé son choix, irrémédiable. Une seule solution, poursuivre dans la voie du mensonge. Quitte à simuler des recherches inutiles. Quitte à pratiquer ainsi l’opprobre, « la plus terrible de toutes les peines pour l’homme social » selon Robespierre. Quitte à pratiquer la délation en accusant son supérieur hiérarchique, auprès du « supérieur de son supérieur » d’avoir ingurgité le dossier.

Les autorités s’emparent du problème et il s’ensuit alors une succession d’évènements quasi-kafkaïens, avec, en parallèle, l’entrée en scène d’une succession de personnages originaux, hauts en couleurs, cultivant l’ambition personnelle à l’ombre de l’égoïsme et des petites manies, et à l’égocentrisme bien trempé, dans un monde où chacun aime rester au sec, dans son confort personnel.

Au final, une histoire originale, rondement menée, emplie d’humour et de drôleries. Une très agréable satire de notre société qui ne manque pas d’inciter à la réflexion. À lire.

 

Valérie Debieux

 


  • Vu : 834

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Guy Chevalley

 

Guy Chevalley est né en 1985 à Genève. Membre fondateur du collectif AJAR, il a remporté le Prix du Jeune Écrivain de langue française en 2010.

 

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com