Identification

Ce qu'aimer veut dire, Mathieu Lindon (par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy 19.04.11 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Biographie, P.O.L

Ce qu'aimer veut dire. 2011, 310 p. 18 €

Ecrivain(s): Mathieu Lindon Edition: P.O.L

Ce qu'aimer veut dire, Mathieu Lindon (par Didier Bazy)

 

Qui aime bien châtie bien. Et Beckett et Barthes en prennent un peu tout de même pour leur grade posthume dans le dernier Mathieu Lindon, comme on dit chez les fans. Rendez-vous p 241 pour Roland et rendez-vous p 271 pour Sam. Ne citons pas pour ne pas extraire les piques de leur contexte qui existe aussi pour laisser passer les traits.

Ceci n'est pas un Foucault. Plutôt un pied de nez aux moralistes. Si ce récit est un roman, vérité romanesque, le héros n'est Michel Foucault que pour la cause et le personnage principal s'appelle Matthieu Lindon. Un bel hommage à des modes de vie. Car il y a plusieurs façons d'aborder un livre de ML. On peut y voir la mise en scène d'un anticonformisme ; mais cela suppose un conformisme qui serait la norme : fausse route, même si le chemin est toujours possible. On peut le prendre du dedans, avec le parti pris d'une certaine marginalité, convenue ou pas, drogue et homo-mode-de-vie devenant les paramètres d'une identité revendiquée, pause d'un devenir soi-même. On peut encore lire ML par le milieu, singularité oblique – genre – qui oblige au respect. C'est cette ligne, plutôt que cette direction, qui dessine la réception d'une œuvre à reconnaître une liberté assumée, mode d'existence. Pousser la subjectivité à un point tel qu'elle devient objective, écrit quelque part Michel Leiris. Ici vie et œuvre, œuvre et vie, ne font qu'un. P.O.L, qui œuvre pour ses auteurs, l'a bien senti.


Foucault nous a appris à distinguer le document du monument. Le récit de ML ne relève ni de l'un ni de l'autre. Le document est brut, parfois brutal. Ce n'est pas le cas ; ici, douceur et polissage. Le monument impose par la hauteur qu'il produit. Ici, proximité et quasi-témoignage.

Deleuze recommandait d'éviter l'écueil du savant comme du familier. ML suit au plus près le délicat conseil. Les voyeurs seront déçus qui attendraient des révélations sur les pratiques privées de Michel Foucault.

Mathieu Lindon livre la vie, des vies, des moments de vie, avec, par et dans l'amour. Au plus près du vivant, ces moments de pure immanence aborde les rives floues du complexe sentiment filial, familial, amical et amoureux. Ce qu'aimer veut dire, loin des rationalisations à la Bourdieu, résiste au bien et au mal, à la pudeur et à l'impudeur. Ce livre ne dérangera que les juges, pourtant encore légion, pour longtemps.

Ce qu’aimer veut dire : vivre enfin dans un passé-futur pour ne pas laisser filer le présent. Le beau geste de Mathieu Lindon nous y invite, en toute tranquillité.

 

Didier Bazy


  • Vu : 3349

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Mathieu Lindon

Mathieu Lindon, né le 9 août 1955 à Caen est un écrivain et journaliste français.

Famille : il est le fils de l'éditeur Jérôme Lindon et le cousin de l'acteur Vincent Lindon.

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Co-fondateur de La Soeur de l’Ange (Ed. Hermann)

Co-fondateur de la Cause Littéraire

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français

– Préfacier chez Pocket (Molière, Corneille)

– Deleuze et de Cuse (Collectif) Aux sources de la pensée de Deleuze. Vrin, 2005) dir : Stéfan Leclercq

– Après nous vivez (G S Editions, 2007)

– Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010) préface de Michel Host

– Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012) préface de Michel Granger

L’ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013) sélectionné 2014 prix roman historique jeunesse

– Cendres    (Publie.net, 2015)

– Traitements de textes ( Ed. de Londres 2015 )
– Explorateurs, qui êtes vous ? (Ed. Bulles de savon 2016)

Sélection 2018 prix Michel Tournier Jeunesse

– Savants, qui êtes-vous ? ( Ed. Bulles de savon, diff-distr Flammarion )2017

à paraître 2018

– Péguy internel