Identification

Boilly en trompe-l'oeil, Jacques Jouet

Ecrit par Marianne Desroziers 27.03.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Arts, Essais, Invenit

Boilly en trompe-l'oeil, Jacques Jouet 11/2011. 10 €

Ecrivain(s): Jacques Jouet Edition: Invenit

Boilly en trompe-l'oeil, Jacques Jouet

Attention : voici un livre hors norme, difficile à ranger dans une case, entre littérature oulipienne, essai sur l’art et tentative de valorisation du patrimoine régional. En effet, il s’agit d’un bel objet, un joli petit livre  qui s’inscrit dans une collection nommée Ekphrasis créée par la maison d’édition Invenit basée dans le Nord de la France. Cette maison d’édition s’est fait connaître pour avoir réédité « Feu » de Barbusse, prix Goncourt 1916 illustré par le dessinateur lillois François Boucq.

Le principe de la collection Ekphrasis, créée en 2010 est simple et complexe à la fois : associer un peintre, un musée et un écrivain. La maison d’édition, très intéressée par les arts graphiques, a passé commande à un écrivain d’un texte libre sur une œuvre précise exposée dans un musée situé dans le Nord de la France. Cette collection compte déjà une dizaine de titres : Maurice Pons a ainsi écrit un livre sur Paul Klee, Michel Butor sur Dirk Bouts, Jean-Bernard Pouy sur Rémy Cogghe, etc.

C’est ici l’oulipien Jacques Jouet qui propose sa lecture très personnelle de « Trompe-l’œil aux pièces de monnaie sur le plateau d’un guéridon » de Louis-Léopold Boilly (1761-1845) exposé au Palais des beaux-arts à Lille.

Mais qui est ce Louis-Léopold Boilly ? J’avoue que j’ai d’abord pensé à un faux peintre, inventé de toute pièce par Jacques Jouet que l’on sait joueur (il participe régulièrement à l’émission de jeux littéraires « Les papous dans la tête » sur France Culture) mais non ce peintre existe bel et bien et nous ne sommes pas dans un roman loufoque d’Eric Chevillard… écrivain très recommandable au demeurant.

Louis-Léopold Boilly a été un portraitiste très célèbre et très productif à l’époque de la Révolution, avec cinq mille portraits et cinq cent scènes de genre. Passionné d’optique, il collectionnait les camera obscura et s’était spécialisé dans les trompe-l’œil. Jacques Jouet, romancier, poète, oulipien depuis les années 1980, formé par George Perec s’amuse avec ce drôle de personnage et son attirance pour l’illusion, les faux-semblants :


« Sous la tranquillité du regard de Boilly

les lunettes de Boilly

sur certains de ses autoportraits (ou l’as des carreaux)

justement, les cartes

sous l’as de carreau, entre lui et MINOT

il y a quatre cartes troubles

quatre cartes qui sont très blanches

ce sont les autres as, on ne peut en douter

ce qui laisse entendre que les as sont cinq

si l’on compte le visible

dans ce jeu de dupes

qui ne cherche même pas à camoufler l’évidence »


A noter : la première rétrospective de ce peintre depuis les années 1930 a eu lieu entre novembre et février dernier à Lille.


Un petit livre intéressant et instructif, à l’esthétique élégante et raffinée – ce qui ne gâche rien - qui constitue une belle entrée en matière pour découvrir à la fois l’œuvre de Jacques Jouet et celle de Louis-Léopold Boilly.


Marianne Desroziers


  • Vu : 1928

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jacques Jouet

Jacques Jouet est à la fois poète, romancier, nouvelliste, auteur de théâtre, essayiste, et artiste plasticien (il réalise des collages).

Il a, en 1978, un premier contact avec l'Oulipo lors d'un stage d'écriture dirigé par Paul Fournel, Georges Perec et Jacques Roubaud1,2.

Jacques Jouet participe aussi, comme les oulipiens François Caradec, Paul Fournel et Hervé Le Tellier, aux Papous dans la tête sur France Culture.

Son feuilleton La République de Mek Ouyes a été diffusé simultanément sur cette radio et sur le web, à travers le site de son éditeur P.O.L.


A propos du rédacteur

Marianne Desroziers

Rédactrice

Marianne Desroziers est écrivain et critique littéraire. Elle a publié des nouvelles dans la Revue Littéraire (Léo Scheer) et sera au sommaire des prochains numéros des revues Dissonances, Népenthès et Lapsus. Un recueil de ses nouvelles sera par ailleurs publié en mai prochain.

Elle tient depuis 2010 le blog Le Pandémonium littéraire :

http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/

Elle dirige également la revue numérique l'Ampoule des éditions de l'Abat-Jour : www.editionsdelabatjour.com