Identification

Asphalte éditions

Asphalte est une jeune maison d'édition indépendante

 

Delhi Noir, Hirsh Sawhney

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 23 Mai 2012. , dans Asphalte éditions, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Asie, Récits

Delhi Noir, trad. de l’anglais (indien) par Sébastien Doubinsky, Avril 2012, 288 p. 21 € . Ecrivain(s): Hirsh Sawhney Edition: Asphalte éditions

 

Après Londres, Paris, Los Angeles, Rome, Brooklyn et Mexico, et en attendant Barcelone et Haïti, les éditions Asphalte nous font faire un tour en Inde avec ce recueil de nouvelles consacré à Delhi.

Quatorze histoires ordonnées selon trois grandes parties dont les titres sont tirés de trois slogans publicitaires de provenances bien variées.

La première, Avec vous, pour vous, toujours, devise de la police de Delhi, rassemble cinq nouvelles qui prennent, c’est le moins qu’on puisse dire, le contrepied de ladite devise. En effet, la police y apparaît souvent trop absente et, lorsqu’elle est présente, travaille à préserver ses intérêts plus que ceux des citoyens.

La deuxième partie prend, elle, au pied de la lettre le slogan de Pepsi Cola, Youngistan, en nous plongeant, cinq autres nouvelles durant, au cœur de la jeunesse qui se presse dans la deuxième métropole de l’Inde. Une jeunesse innocente par certains côtés, mais dont les illusions fondent très rapidement face à la réalité du monde dans laquelle elle est plongée.

Berazachussets, Leandro Avalos Blacha

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 30 Mars 2012. , dans Asphalte éditions, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Amérique Latine, Roman

Berazachussetts. Trad. de l’espagnol (argentin) par Hélène Serrano. 185 p. 16 €. Octobre 2011 . Ecrivain(s): Leandro Avalos Blacha Edition: Asphalte éditions


Difficile de résumer l’intrigue de ce roman. On se contentera de dire qu’à Berazachussets, sorte de Buenos Aires fantasmagorique, traînent des zombies amateurs de bière et des Misfits, des jeunes riches désœuvrés qui tournent des snuff-movies, des petites garces paralytiques qui font dans le chantage, des institutrices retraitées nymphomanes, et que, bien entendu, on ne décore pas la ville avec des jardinières mais avec des vitrines réfrigérées abritant des pingouins.

Il va sans dire que Leandro Ávalos Blacha nous propose là un roman détonnant, complètement loufoque et un rien foutraque. La critique enthousiaste – espérons-le pour l’auteur et son éditeur – aura sans doute tôt fait, c’est à la mode dès qu’un roman sort des sentiers battus et semble de prime abord n’avoir ni queue ni tête, de le comparer à un film de Tarantino ou de Roberto Rodriguez. Ce ne serait pas forcément lui faire honneur.