Identification

Acharnement, Mathieu Larnaudie

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 18.09.12 dans La Une Livres, Actes Sud, Recensions, Les Livres, La rentrée littéraire, Roman

Acharnement, août 2012, 208 p. 19 €.

Ecrivain(s): Mathieu Larnaudie Edition: Actes Sud

Acharnement, Mathieu Larnaudie

 

Nul besoin de se plonger dans l’une des nombreuses biographies ou dans l’un des divers essais politiques qui accompagnent notre changement de règne. Acharnement nous propose une plongée dans les coulisses peu reluisantes, dans la cruelle fabrique de la parole politique. Ce roman détone par sa force satirique et sa lucidité, ses choix d’écriture audacieux, sa composition impeccable qui rappelle celle de L’Exercice de l’Etat.

Retiré de la vie politique et de la « confrérie des plumes », Müller s’est retranché dans une campagne aussi profonde que commune. Il croit avoir trouvé son Jardin d’Eden et tente d’y rédiger le discours parfait, revanche à son licenciement. Avec pour seule compagnie, un jardinier peu loquace dénommé Marceau. Alors que Müller s’acharne sur son texte, Marceau modèle la nature, la métamorphose en un parc luxuriant et les suicidés pleuvent depuis le viaduc qui surplombe la propriété. A ces suicides en rafale répondent les innombrables épisodes des séries télévisées qu’il regarde, les discours qui s’accumulent dans une ronde infernale. A ces chutes qui se succèdent répond la chute du grand homme pour lequel travaillait Müller. Par une série de retours-en-arrière, Mathieu Larnaudie dépeint une profession de l’ombre et relate les derniers moments de cette collaboration fusionnelle jusqu’à sa rupture brutale.

« Ni caste, ni ordre occulte, ni société secrète où s’épancherait la solidarité de ces êtres presque clandestins, voués à l’anonymat, à l’effacement, et dont le mérite tient tout entier en la dissolution de leur rôle sous la prestance de l’orateur dressé dans la lumière. »

 

Müller est l’archétype d’un savant fou d’un nouveau genre, récoltant les « éléments de langage », ingrédients de sa préparation, en visionnant deux, trois émissions.  « Quelques notions, quelques mots-clés suffisent ainsi à donner une idée de ce qui se trame dans l’air du temps ». Avec habileté, il donne corps à l’appel du jour, au discours capable de faire sauter les sondages. Une joute s’engage par orateur interposé contre ses homologues de l’autre camp.

Entre discours politiques, verres de Chartreuse et intrigues policières rondement ficelées, l’ancienspeech writer s’affronte à son impuissance à faire vivre ses mots, privé du corps et de la voix d’un rhéteur né à qui les confier. Il se trouve également incapable de communiquer avec les rares chalands qui abordent son domaine. Dans cet enfermement verbal, cette accumulation stérile, il en oublie de se soucier de la réalité et du seul être qu’il côtoie réellement. En parallèle, on s’y attendait, Gonthier son ancien patron revient sur le devant de la scène, défendant les positions de son ex-opposant et reniant leur passé commun.

 

« Le chapelet d’inepties qu’il égrenait, la mauvaise foi avec laquelle il présentait des projets de mesures qui se contentaient en fait de dupliquer des lois déjà en vigueur comme s’ils étaient des actes fondamentaux et d’une entière nouveauté, l’étroitesse de son argumentation, son application à rester conforme à la rhétorique prémâchée du Parti, tout cela, naturellement, ne fit que renforcer mon affliction. »

 

Mathieu Larnaudie nous offre ici un roman du crépuscule, un roman de la faillite d’une société du langage manipulé et instrumentalisé, tout en démontrant magistralement la puissance de la littérature.

 

Myriam Bendhif-Syllas


  • Vu : 1980

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Mathieu Larnaudie

 

Mathieu Larnaudie est né en 1977. Depuis 2004, il codirige la revue et les éditions Inculte. Il est l’auteur de Strangulation (Gallimard, 2008), La Constituante piratesque (Burozoïque, 2009), et Les Effondrés (Actes Sud, 2010).

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.